Shampooing poudre ou sec, une nouvelle gestuelle écologique

Shampooing sec ou poudre de shampooing, le format poudre commence timidement à se développer dans le domaine de la beauté. Pourtant, dans toutes les catégories de produits, il offre une alternative innovante et écologique sans pareille. Démonstration en 3 temps avec l’exemple de la poudre de shampooing #Bio by Biot.

#1 Généralités sur les formats poudres

Très peu d’acteurs osent pénétrer ce marché, bien que le concept existe déjà depuis longtemps dans l’univers des produits d’hygiène. En cause, des formules qui n’ont pas encore fait leur preuve en termes de texture et de toucher : bien souvent, ça crisse à l’application ! De plus, elles occasionnent une nouvelle gestuelle à laquelle il n’est pas aisé de se faire. Mais l’essayer, c’est l’adopter ! Zoom sur les deux versions de poudre existantes.

> La poudre qui ne se rince pas dite shampooing sec

 
 

 


 

En aérosol ou en format « salière », le shampooing sec est super facile à utiliser, on le pulvérise ou on le saupoudre sur la chevelure, on masse un peu puis on se brosse les cheveux pour faire disparaître les résidus de poudre ! Easy et quel gain de temps !

 
> La poudre qui se transforme en lait

 

 


 

 

Ce format est déjà moins pratique à utiliser avec une gestuelle complètement différente. A côté du format traditionnel en gel, la version poudre demande à réaliser sa propre mixture sous la douche pour que la dite poudre s’émulsionne en lait. Mode opératoire : prélever une petite quantité de poudre dans la pomme de la main (aïe, mais combien ? Généralement la valeur d’une cuillère à café), ajouter un peu d’eau pour l’émulsionner (aïe encore !, quelle quantité ?, allez-y doucement et vous verrez bien la quantité nécessaire pour que la transformation opère dans votre main) et mélanger en frottant les deux mains l’une contre l’autre (aïe encoreeee, ça dégouline partout entre les doigts) : pas pratique, je vous l’avais dit. Tout est une question de juste dosage de la quantité de produit et d’eau utilisée. Il s’agit donc de changer ses habitudes de conso et d’utilisation. Ah le changement, pas facile…
Mais suivant les poudres utilisées, la texture peut se révéler être très agréable, parole de formulatrice ! J’ai moi-même formulé ce type de produit quand j’exerçais dans le métier et que ce format n’existait pas encore sur le marché, la texture était divine. En savoir plus sur cette création qui m’a valu un prix et un séjour à Tahiti, c’est par ici. C’est l’occasion de découvrir ma trombine !

 
#2 Des économies pour Dame Nature

Le concept poudre est en revanche une formulation plus respectueuse de l’environnement, surtout si l’on se place côté fabriquant. Alors que le shampooing gel contient entre 60 et 80% d’eau, la version poudre est anhydre, ce qui permet une grande économie d’eau et demande moins d’énergie pour la fabrication (plus besoin de chauffer même si la plupart des bases lavantes peuvent se faire à froid). Par ailleurs, elle allège considérablement le poids/volume des formules : des packagings de taille plus petite peuvent alors être utilisés pour la stocker. Elle représente aussi un gain écologique pour les phases de transport et de stockage, ainsi qu’une gestion des déchets moindre. Enfin ceci, à nombre de lavage équivalent au shampooing tradi en gel, et qui ne s’applique pas au cas des aérosols, d’un point de vue recyclage. Côté consommateurs, pour le format shampooing sec sans rinçage, ça coule de source, plus besoin de se rincer les cheveux à l’eau chaude. Pas d’eau, pas d’énergie, l’impact environnemental est réel avec l’importante réduction des émissions de gaz à effet de serre occasionnée. Étant donné que la phase d’utilisation d’un shampooing est celle qui a le plus d’impact sur l’environnement tout au long du cycle de vie du produit, environ 70%, ce format est bien le plus écolo de tous !

#3 Des formulations plus épurées

 
Du fait de l’absence d’eau, les formats poudres permettent d’utiliser moins de conservateurs (ou pas du tout). Elles contiennent des gélifiants qui vont « gonfler » au contact de l’eau et après mélange. L’autre particularité est que ces formules peuvent être hyperconcentrées, comme les lessives, c’est à dire contenir des agents lavants plus puissants qui sont donc utilisés en quantité moindre. Et cerise sur le gâteau, il est assez aisé de faire des formules naturelles car il existe un grand nombre de poudres extraites du monde végétal ou minéral pour les confectionner. Par exemple, la poudre de riz, la farine d’avoine, l’hectorite, le kaolin, la silice, ou encore le carbonate de magnésium.

# Bio by Biot

Christophe Nicolas Biot, parmi les professionnels de la coiffure, a lancé parmi sa gamme de 3 produits certifiés bio, le shampooing Bio by Biot, en poudre. A base d’argile gélifiante brevetée, quatre fois plus concentrée qu’un shampooing liquide professionnel traditionnel.

Et vous, vous avez déjà testé ce type de produits ? Partagez votre expérience avec nous ?

Laisser un commentaire