[Rencontre] Une nuit à Bali, une belle histoire de voyage…#épisode 2

Comme promis, je vous propose de découvrir aujourd’hui la suite de ma rencontre avec Alexandra Cubizolles, co-fondatrice de la jolie marque de cosméthique, Une Nuit à Bali. Si vous avez manqué le début, retrouvez l’épisode 1, juste ICI. Dans ce second épisode, place à la série des questions-réponses.

 

boussole detouree

Alexandra, qu’est-ce que l’éthique pour vous ?
Dans notre cas, on n’obéit pas à une charte, c’est vraiment la nôtre et c’est aux gens de nous faire confiance. Chacun a sa propre éthique. C’est plutôt une question personnelle. Aujourd’hui, on est bercé par certaines valeurs que l’on va essayer de suivre. L’éthique, c’est faire des choix d’un point de vue sociétal – pas forcément vendable en termes de marketing – comme le fait d’apposer un logo, mais plutôt en réfléchissant à ce que moi en tant que personne, je pourrais accepter dans mon propre produit cosmétique, celui que je m’apprête à mettre sur la peau. Dans notre démarche, c’est ce qu’on estime être le mieux en matière de développement durable.

ethique

Comment définiriez-vous la cosmétique « responsable » ?
C’est compliqué à la définir pas rapport à l’alimentation (avec les circuits court, l’absence d’engrais) où c’est plus facile de comprendre l’Agriculture Biologique. Alors qu’en cosmétique, faut être chimiste pour comprendre l’INCI et tous les labels ont semé le trouble, il ont court-circuité le message du « faire autrement ». La traçabilité est aussi compliquée, la provenance des ingrédients (lieux et fournisseurs), il y a le respect par rapport à sa peau et envers le consommateur. Aujourd’hui, on est face à une cosmétique remplie de matières synthétiques qui ne coutent rien et permettent d’abaisser les coûts de formules, de faire de grand budget marketing et on fait croire aux femmes que ce n’est pas le contenu du produit mais la texture qui fait rêver !

Sur nos produits, il n’y a pas de revendication visage car nous pensons que la recette pour avoir une belle peau, c’est de prendre soin régulièrement de soi, bien manger et faire du sport. Il faut penser le corps dans sa globalité !

33003009739465731_7NRwHc40_c

Quels sont vos green gestes ?
J’achète le minimum de produits emballés, je cuisine beaucoup, je suis très fan du Biocoop où l’on peut acheter en vrac, j’essaye de manger bio, ce n’est pas toujours évident ! J’ai découvert un objet très drôle que je n’ai pas encore acheté, on le met dans la douche et ça alerte sur la consommation d’eau. Je n’ai pas de voiture, j’essaye d’acheter local, je réfléchis au circuit économique, chaque achat a un impact, j’essaye de faire attention à ça, de ne pas avoir cette contradiction. Il faudrait d’ailleurs éviter d’être aveugle sur tous ces circuits et penser à l’impact de ses actions. Ce n’est pas facile de faire bien quand on n’est pas informé, tout le monde ne connait pas forcément les saisonnalités pour les fruits et les légumes, il y a bien des gens qui mangent des fraises toute l’année. Par contre, j’adore les fruits exotiques, c’est difficile d’y résister. Au final, tout est une question d’apprentissage et d’information !

Le Verdict FinalUne nuit à Bali est une bien jolie marque qui nous embarque dans un voyage émotionnel éloigné des clichés de la beauté. Avec sa vision de bien-être global sans surenchères au culte de la perfection, son approche environnementale et ses valeurs, cette jeune entreprise vient ainsi rejoindre l’industrie de la cosméthique et j’en suis bien ravie : une de plus ! Je souhaite tout le meilleur à Une nuit à Bali en attendant des nuits ailleurs…Merci encore Alexandra pour cet échange et ce partage.

Crédits photos : Une nuit à Bali

Laisser un commentaire