L’INCI & Cie pour les nuls, décryptez les mentions sur vos packagings !

Mélange d’anglais et de latin, allégations ambiguës, revendications miraculeuses, vous en avez ras le bol de ne rien comprendre au charabia sur vos packagings et de sentir que vous vous faites arnaquer, je vous propose aujourd’hui de vous donner quelques éléments de compréhension du langage de la cosmétique et de vous apporter un maximum d’informations pour décrypter vos emballages.

Avant de démarrer, il est à préciser qu’il existe deux types de pack :

– Le Packaging primaire (PP) : Emballage destiné à être en contact direct avec le produit (désigné dans les textes réglementaires : récipient)

– Le Packaging secondaire (PS) : Emballage non destiné à être en contact direct avec le produit

Un cosmétique autorisé sur le marché français doit mentionner obligatoirement sur son emballage les informations suivantes:

> Les coordonnées du fabricant 

Le nom et l’adresse du fabricant (éventuellement les coordonnées de la société ayant mis le produit sur le marché lorsqu’il s’agit d’un import) doivent être clairement identifiés. On trouve généralement ces infos sur le bas du packaging.

> Le pays d’origine du produit

Cette info est à préciser pour les produits importés, fabriqués hors de l’Union Européenne. Elle peut être précédée de la mention « Made in ». Aujourd’hui, on voit beaucoup fleurir le « Made in France« , patrie reconnue des produits de beauté, et qui s’inscrit dans le mouvement locavore. 

> La fonction du produit 

La fonction du produit désigne l’usage pour lequel le produit est fait. Elle est le plus souvent indiquée sous le nom du produit et correspond soit à la vertu première du produit (ex : hydratation) soit à la catégorie du produit (ex : gel douche).

> Le contenu nominal de l’emballage

Il s’agit du contenu du produit en volume. Il est indiqué en ml (millilitre) et en fl.oz (fluid ounce ou once liquide) pour les pays anglo-saxons, cette unité de volume est le système de mesure américain. 1 US fl.oz = 29.6 ml (après arrondi).

> Le numéro de lot  

Cette référence permet d’avoir une bonne traçabilité du produit. 

inci_logo

> La liste des ingrédients & le langage INCI : ce qu’on ne lit pas !

Même si vous n’avez pas obtenu de Prix Nobel en chimie ou en biologie, vous pouvez vous y mettre, vous allez voir c’est assez facile. D’ailleurs, aujourd’hui de plus en plus de consommatrices cherchent à apprendre à décoder ces listes d’ingrédients. Je vais donc vous donner quelques explications pour vous apprendre à en faire de même. Vous verrez, pas besoin d’être biologiste ni chimiste, quelques notions suffisent pour débuter. Après entrainement, vous serez la reine du décryptage INCI !
INCI signifie International Nomenclature Cosmetics Ingredients, soit en français Nomenclature Internationale des Ingrédients Cosmétiques. Il s’agit d’une nomenclature des ingrédients cosmétiques établie au niveau international afin d’avoir un langage de compréhension commun pour tous les pays. Imaginez si chacun utilisait le sien, la cacophonie que ce serait ! 😉

 

Dans cette liste, les ingrédients y sont mentionnés en anglais et en latin quand il s’agit de plantes (ex : Lavendula Officinalis Oil = Huile de lavande officinale). Ils sont classés par ordre décroissant d’importance des quantités. Dans les cosmétiques conventionnels, le premier ingrédient est généralement de l’eau (« aqua » ou « water »), constituant majoritaire dans la plupart des cosmétiques allant jusqu’à 80-95% de la compo des formules (et oui, tu as bien compris, tu payes majoritairement de la flotte !). A la fin de la liste, on trouve les additifs (conservateurs, colorants, parfum) et les actifs, laissant ainsi comprendre que leur teneur est relativement faible (voire inutile, cela dépend bien-sûr de la plante). J’ai bien dit en conventionnel, en naturel, c’est une autre histoire !

En deçà de 1%, les ingrédients sont classés selon le bon vouloir du fabricant : vu le dosage infime, ça n’a plus d’importance, on s’en fiche quoi ! 😉

Les colorants sont mentionnés sous forme de référence chiffrées précédées de CI pour Color Index. Ne pas confondre colorants et pigments !

Les huiles doivent être mentionnées comme suit :

– le nom botanique de la plante en latin (ex : Helianthus Annuus pour le tournesol),

– la partie de la plante dont l’huile est issue en anglais (leaf pour les feuilles, flower pour les fleurs, peel pour les écorces d’agrumes, seed pour les graines, kernel pour le noyau, etc.), et enfin le terme final :

– « oil » (s’il s’agit d’une huile), « extract » (dans le cas d’un extrait végétal).

Les hydrolats et eaux florales, issues de la distillation à la vapeur d’eau, comme les HE, seront soumises aux mêmes règles de déclaration à l’exception du terme qui devient « water ».

Bien souvent en fin de liste, on trouvera les allergènes contenus naturellement dans les HE et les parfums. Ils sont au nombre de 26 (et bientôt plus encore) et les marques ont obligation de les étiqueter. La liste comprend au jour d’aujourd’hui : 

Nom français ou formule chimiqueNom INCIEtat naturel
1
Amylcinnamaldehyde (2-benzylidèneheptanal)
Amyl CinnamalNon

2

Alcool Benzylique

Benzyl Alcohol
Abricot, Amande, Pomme, Asperge, Banane, Cassis, Mûr
3
Alcool Cinnamylique ou Cinnamique
Cinnamyl AlcoholJacinthe
4CitralCitralPamplemousse, Orange, Celeris, Abricot, Cassis, Raisin, Kiwi, Mangue, Gingembre, Melon, Prune, Framboise, Rose
5EugénolEugenolClou de Girofle, Cannelle, Marjolaine, Muscade, Piment Rouge, Rose
6(7-Hydroxycitronellal)Hydroxycitronellal   Non
7IsoeugénolIsoeugenolYlang-Ylang
8Alcool Amylcinnamique (2-pentyl-3-phénylprop-2-1-ol)Amylcinnamyl AlcoholNon
9Salicylate de BenzyleBenzyl SalicylateFleur de Pommier, Jasmin
10CinnamaldéhydeCinnamalCannelle, Muscade

11
CoumarineCoumarinOui
12GéraniolGeraniol
Pomme, Abricot, Airelles Noires, Cassis, Mûre, Coriandre, Gingembre, Muscade, Thym, Géranium, Rose, Palmarosa, Ylang-Ylang

13
4-(4-Hydroxy-4-Méthyl-Pentyl) Cyclohex-3-ène Carbaldéhyde (Lyral)Hydroxyisohexyl 3-Cyclo Hexene CarboxaldehydeNon
14Alcool 4-MéthoxybenzyliqueAnise AlcoholTomate, Miel
15Cinnamate de Benzyle Benzyl Cinnamate
Oui

16
FarnesolFarnesolRose
172-(4-Tert-Butylbenzyl)Propionaldéhyde (Lilial) (p-Tert-Butyl-7-Méthylhydrocinnamal)Butylphenyl MethylpropionalNon
18LinalolLinaloolBois de Rose (80%), Lavande (30%), Lavandin (30%), Banane, Mûre, Haricot, Myrtille, Pomme, Abricot, Artichaut, Thym, Rose, Palmarosa, Ylan-Ylang

19
Benzoate de BenzyleBenzyl BenzoateOui
20CitronellolCitronellolPomme, Abricot, Cassis, Mûre, Myrtilles, Orange, Fruits de la Passion, Pêche, Rose

21

(alpha-)Hexylcinnamaldéhyde
Hexyl CinnamalNon

22
(R)-p-mentha-1,8-dièneLimoneneCitron
23
Oct-2-ynoate de Méthyle (Methyl Heptin Carbonate)
Methyl 2-Octynoate Non
24
Isométhylionone (3-Methyl-4-(2,6,6-Trimethyl-2-Cyclohexen-1-yl)-3-Buten-2-one)
Alpha-Isomethyl IononeNon
25
Extraits d’Evernia Prunastri
Evernia PrunastriMousse de Chêne, Lichen
26
Extrait d’Evernia Furfuracea
Evernia Furfuracea
Oui

Depuis 1998, tous les cosmétiques doivent comporter sur leur emballage la liste complète de tous les ingrédients nécessaires à leur fabrication, et cela sous cette dénomination INCI.

Ce qu’on ne nous dit pas, par contre, c’est le mode de fabrication des ingrédients mentionnés sur la liste (et par suite leur qualité) et donc on ne connait pas ceux qui sont intervenus au cours des transformations et des réactions qui sont alors présents en trace dans la formule. Et parfois même, une dénomination est en fait un mélange de deux ou trois ingrédients. C’est le fournisseur d’ingrédients qui est à l’initiative du choix de ces noms donc lui aussi il a le droit de garder ces secrets…

> La date de durée maximale ou de péremption


On parle de PAO (Péremption Après Ouverture), c’est à dire la durée d’utilisation après ouverture, pour les produits ayant une durée de conservation inférieure à 30 mois. Elle se présente sous la forme d’un chiffre suivi de la lettre M (pour « mois »), avec la présence d’un pot ouvert. 


Elle indique une durée d’utilisation maximale conseillée, pendant laquelle, elle est « sans dommages pour le consommateur« , selon la directive européenne qui la réglemente.


12 M signifie que le produit cosmétique peut être utilisé sans problème durant 12 mois, à compter du jour où son contenant a été ouvert pour la première fois. Passé ce laps de temps, le produit risque de perdre en qualité ou en sécurité microbiologique, parfois seulement en texture ou couleur.

Pour éviter de dépasser la dite date, il est conseillé de noter (sur l’emballage ou le tube) la date de la première ouverture.

Pour les produits n’ayant pas le logo avec la mention, la durée de conservation est supérieure à 30 mois.

> Les précautions d’emploi 

Quand il manque de place sur l’emballage, la marque peut utiliser le pictogramme référant à la notice d’information (voir ci-après).

> Le symbole de la notice informative

 

 

Ce symbole indique que vous pouvez vous référer à la notice, comme pour les médicaments, concernant les précautions particulières à prendre, ou parce que le fabricant n’a pas pu mettre toutes les informations sur l’emballage.

> Les labels spécifiques

Nous avions créé sur l’ancien blog une rubrique spécialement dédiée à la problématique des labels. Veuillez la consulter en suivant ce lien : Les labels. Elle sera prochainement mise à jour.

> Les allégations 

Ci-dessous quelques définition théoriques sur les ingrédients naturels, d’origine naturelle, biologique et de synthèse. Aucune définition normée n’existe à ce jour mais cela devrait changer d’ici 2014 avec la norme ISO.

  • Ingrédients biologiques
    Il s’agit de produits non transformés, issus de l’agriculture biologique, respectueux de l’environnement. Seules les transformations physiques sont autorisées (extraction, filtration et purification, mélange, pression à froid, etc.). Les ingrédients sont issus d’une source végétale (extraits de plantes, huile végétales, huiles essentielles, etc.), minérale ou animale (cire, miel, etc.). 
  • Ingrédients biologiques
    Produits non transformés extraits directement de la production agricole, de la récolte ou de l’exploitation.Les même transformations physiques que précédemment sont autorisées. Les ingrédients sont végétaux (extraits de plantes), minéraux (eau, pigment, argile, etc.), marins (algue) ou issus du monde animal.  
  • Ingrédients d’origine naturelle
    Produits résultant de la biotechnologie ou de la transformation selon des procédés chimiques autorisés (hydratation, fermentation…) d’ingrédients issus du milieu végétal, animale ou minéral (alcool gras, acides gras ou huile végétale hydrogénée).
  • Ingrédients de synthèse
    Les ingrédients de synthèse chimique ne sont pas d’origine naturelle mais peuvent en être la reproduction à l’identique. C’est ce que l’on appelle des « identiques nature ». Ils sont par exemple utilisés en quantité infime dans les cosmétiques biologiques comme agents de conservation et doivent faire parti de la « liste positive » d’ingrédients, acceptée par le référentiel Ecocert des cosmétiques écologiques et biologiques (acide benzoïque, acide ascorbique, magnésium hydroxyde). On en utilise plus largement en parfumerie.

Pensez donc toujours à lire votre emballage et la notice lorsque vous choisissez un produit !

Sources : Cosmed – L’Observatoire des cosmétiques – Santé Gouv – Mes connaissances perso & mes cours de l’ISIPCA à l’époque

4 réponses à "L’INCI & Cie pour les nuls, décryptez les mentions sur vos packagings !"

  1. L'Arbre à patates 4 années plus tôt. .Répondre

    […] conseils qui arriveront bientôt dans vos boîtes mail, je vous invite à découvrir un article de Génération CosmEthique qui vous aidera à décrypter les fameuses pattes de mouches des packagings, un second […]

Laisser un commentaire