La fin des tests sur animaux en Europe, 1ère victoireeeee !

Combat cher à The Body Shop (initié par sa fondatrice, Anita Roddick) et à Lush, l’interdiction de tous les tests sur animaux dans l’industrie de la cosmétique, sur le marché européen, prendra effet dès le 11 mars 2013 prochain ! Quelles nouveautés par rapport à 2009, où l’Union européenne interdisait déjà l’expérimentation animale pour les ingrédients ainsi que les produits d’importation, venue complétée celle sur les produits finis, prononcée en 2004 ?

Ce qu’il faut savoir, c’est que depuis 2009 – date d’interdiction des tests d’innocuité (irritation, corrosion, toxicité aiguë, effets secondaires nocifs, etc.)-, étaient encore autorisés les tests sur les effets à long terme (photo-allergie, sensibilité cutanée, toxicité à dose répétée, etc.). Par exemple, ceux de « reprotoxicité » (toxicité pour la reproduction), de « toxicité à doses répétées » (le fait de s’appliquer plusieurs fois le même type de produit) et de « toxicocinématique » (devenir des toxiques dans l’organisme) étaient toujours en vigueur en l’absence de méthodes alternatives validées, dites in vitro (opposée à in vivo, cad ni sur les animaux, ni sur les humains). On comprend ainsi que cette interdiction totale ait bénéficié pendant longtemps d’une dérogation, temps nécessaire pour trouver ces méthodes alternatives (cultures de cellules, des organes isolés…).

La date du 11 mars 2013 a été confirmée mardi par Tonio Borg, le nouveau Commissaire européen responsable de la santé et de la protection des consommateurs, lors d’une réunion avec la Coalition européenne pour mettre fin à l’Expérimentation Animale (ECEAE).

Pour Michelle Thew, directrice générale de Cruelty Free International, « il s’agit vraiment d’un événement historique et l’aboutissement de plus de 20 ans de campagne. Maintenant nous allons appliquer notre détermination et notre vision à l’échelle mondiale afin de nous assurer que le reste du monde s’engage aussi dans cette voie ».

 

 

Dans ce contexte, le groupe Shiseido a annoncé qu’à compter du mois d’avril 2013, il cesserait les tests sur animaux sur l’ensemble de ses sites de production, et ceux effectués via ses sous-traitants (affirmant d’ailleurs qu’il ne sous-traiterait plus ce genre de tests à des laboratoires extérieurs). Mais quelques exceptions subsisteront puisque l’enseigne nippone aura recours aux tests sur animaux quand il n’existera aucune méthode alternative fiable pour prouver l’innocuité d’un produit, et dans les pays où les tests sont obligatoires avant de pouvoir commercialiser un cosmétique, comme en Chine par exemple.

Des nouvelles qui devraient satisfaire l’association One Voice, présente en France depuis les années 90 et qui milite « pour une éthique animale et planétaire ». Vous pouvez d’ailleurs retrouver la liste des marques labellisées One Voice, qui ne testent ni les ingrédients ni les produits finis sur les animaux, depuis leur création, ICI.

Malgré cette bonne nouvelle, le combat contre la souffrance animale est encore long : dans le reste du monde, plusieurs dizaines de milliers d’animaux continueraient à subir les tests en laboratoire.

Laisser un commentaire