La cosmétique bio est-elle plus chère…mais plus chère que quoi ?

Cinq – six ans après le boom des cosmétiques bio, j’entends toujours la même rengaine « oui mais ils sont plus chers ? ». D’abord, je n’aime pas le « oui mais » car quand on veut, on peut. Mais surtout, je n’aime pas cette question car j’ai envie de répondre « mais plus cher par rapport à quoi ???? ». Alors aujourd’hui, pour lever toutes ambiguïtés sur le sujet, je vais définitivement répondre à cette question. Les cosmétiques bio sont plus chers ? Oui, si on se réfère à la « cosmétique conventionnelle cocktail ». Non, si on compare à la cosmétique intelligente et utile. La différence ? J’vous explique.

Tout d’abord, c’est quoi un cosmétique bio ? Bon, à ce jour, on n’a pas vraiment de définition officielle (bien qu’une certaine norme ISO devrait voir le jour d’ici 2015) mais la cosmétique bio est supposée contenir un maximum d’ingrédients naturels (ou d’origine naturelle) et bio. La vraie de vraie est celle qui en contient au moins 70%.

Pour cela, deux cas de figure :

> soit elle ne contient que des composés naturels (ou d’origine naturelle), végétaux et est dépourvue d’eau,
> soit elle contient de l’eau mais en version eau florale et le reste de sa composition est naturelle.

Le tout estampillé bio (type Cosmebio ou Nature & Progrès) et certifié par Ecocert ou Qualité France. Cosmebio n’oblige que 10% d’ingrédients bio sur la formule finale (d’où certaines marques se contentent d’un minimum, facile à atteindre avec de l’eau florale) quand Nature & Progrès indique que tous les ingrédients d’origine agricole ou végétale doivent obligatoirement être issus de l’agriculture biologique. Dans le cas de ce dernier, si le produit est constitué uniquement de végétaux, on obtient au final un produit 100% bio.Vous me suivez ?

Maintenant qu’un cosmétique bio a été plus ou moins défini, rentrons plus en détails dans sa formule. Restons toujours sur le cas de la vraie cosmétique bio. Ces ingrédients bio peuvent être des :

> Extraits de plantes
> Huiles végétales
> Huiles essentielles
> Minéraux
> Eaux florales et hydrolats
….

Bref, tout ce qu’on extrait de notre généreuse Dame Nature. On comprend donc aisément avec cette liste non exhaustive que la cosmétique bio offre des ingrédients chargés d’actifs de la plante (ou du fruit, etc.) dont ils proviennent. Parenthèse. [Je ne vous parle même pas des ingrédients d’origine naturelle car dans ce cas, on ne sait jamais précisément quel type de transformation ils ont subi, et si les actifs sont toujours présents à l’issu de cette transfo.]. Parenthèse refermée. Et qui dit ingrédients actifs, dit ingrédients utiles pour votre petit peau qui ne demande qu’à être chouchoutée !

Donc quand on dit qu’un cosmétique bio est cher, je répète par rapport à quoi ? A la cosmétique conventionnelle  « cocktail » bourrée d’ingrédients qui ne servent à rien – enfin si, à texturer les produits, les rendre plus doux, soyeux…ou à leur donner un aspect esthétique plus attractif (couleur, parfum) ou à les rendre plus stables dans le temps (là j’ai envie de dire, si on n’utilisait qu’un minimum d’ingrédients, on n’aurait pas ce soucis de durabilité) – c’est par rapport à cette cosmétique-là ? Ah ok, je comprends mieux maintenant ! Non mais sérieusement, il est grand temps de s’intéresser à ce que l’on se met sur la peau ! Les cocktails, c’est bon mais juste pour l’apéro !

Donc quand on dit qu’un cosmétique bio est cher, je répète par rapport à quoi ? A la cosmétique de luxe qui contient des ingrédients miraculeux issus de X années de recherche (ou pas d’ailleurs) ? Ah là, non, on est dans des prix similaires voire inférieurs. Et là, on ne se plaint pas, on ne dit plus rien ! On est prêt à mettre le prix pour avoir un produit de luxe ou premium. Justement, c’est là qu’il est temps de lever l’ambiguité, un cosmétique bio est un produit de luxe ! Et oui, mesdames, c’est un luxe de s’approvisionner chez Dame Nature !

Le prix d’un cosmétique bio est issu d’un savant mélange :

> un mélange harmonieux de plantes qui doit être actif et efficace pour la peau, dont la formulation n’est pas aisée pour obtenir une texture optimale (d’où la nécessité d’une vraie expertise en bio) : cette formulation (ou R&D) a un coût,

> un mélange d’ingrédients issus de l’agriculture biologique (dépourvue d’engrais et de fertilisants synthétiques), soumis à des problématiques diverses comme par exemple le recours à d’autres méthodes de culture, des pratiques qui peuvent être à la main, l’approvisionnement et les récoltes saisonnières, les intempéries, qui peuvent être coûteuses au final,

> un mélange que l’on doit faire estampiller par un organisme certificateur (comme vu précédemment) qui lui aussi à un prix, souvent trop élevé par rapport à la taille des entreprises qui font du vrai bio.

Donc, je réponds définitivement à cette question, NON, la (vraie) cosmétique bio ne coûte pas plus chère que la cosmétique conventionnelle, enfin celle constituée d’ingrédients inutiles (et nocifs) pour la peau, ne mettons pas tout dans le même panier. Il faut comparer ce qui est comparable. Et puis au lieu de comparer le « prix », ne devrait-on pas comparer la « valeur » des produits : vis à vis de l’environnement, de notre peau et de nous tout simplement ? La vraie question à se poser serait plutôt, « Combien sommes-nous prêtes à dépenser pour notre santé et celle de l’environnement ? »