Biocoop épinglé pour sa publicité de cosmétique bio osée…

On me dit dans l’oreillette que la chaîne de magasins bio, Biocoop, aurait osé recommander, « blanc sur violet », à ses clientes de ne pas acheter de cosmétiques « non bio ou non écologiques », sur sa dernière publicité dans la cadre de sa campagne « Achetons responsable ». Ohhhh mais quel scandale, comment peut-on conseiller des choses pareilles ! Est-ce bien raisonnable ? Bon ok, c’est pas bien, reprenons notre sérieux. On y trouve également quelques chiffres à caractère informatif (sourcés via Notéo) sur les substances couramment trouvées dans les compositions de la cosmétique conventionnelle comme les parabens et les silicones, aux côté d’une image que chacun(e) peut finalement interpréter à sa manière. Jugée dénigrante par la FEBEA (Fédération Française de l’industrie Cosmétique), cette dernière aurait alors saisi l’ARPP (Autorité de Régulation Professionnelle de la Publicité) pour la dénoncer. Bilan des courses, Biocoop s’est fait épinglé ! Pour comprendre les faits reprochés, je vous propose de jeter un coup d’oeil par ICI sur le site de L’Observatoire des Cosmétiques.

A la fois surprise et amusée par la tonalité de cette publicité osée de Biocoop qui ne nous avait pas habitué à de tels messages militants, j’ai fait un petit sondage auprès des bio addict pour savoir comme elle avait été accueillie.

D’un côté, il y a celles et ceux qui donnent raison à l’audace d’enseigne bio, plébiscitent son message coup de point : « culotté mais justifié« , « Je suis 100 % d’accord avec le slogan » et approuvent la tonalité permettant ainsi de sensibiliser un consommateur pas assez aguerri « très bonne pub, ils ont raison d’avertir la population sur les composants des cosmétiques conventionnels qui tuent l’homme et la nature !« , « trop de « clients » de produits cosmétiques ignorent totalement cela. Cette affiche était le meilleur moyen de faire parler davantage de cette réalité chimique et polluante, hélas bien installée depuis plus de 50 ans maintenant. » 

De l’autre, il y a les personnes qui apprécient le fond de la pub mais pas la forme, jugeant son caractère dénonciateur et comparatif non crédible, « ce n’est pas en prouvant qu’autrui est mauvais que l’on prouve que l’on est bon« . De ce côté-là, on pense d’ailleurs que c’est le travail des journalistes de faire de telles dénonciations et non celui des industriels qui ne peuvent être à la fois juge et partie. Il y a aussi, ceux et celles qui pensent que les mots ont été agressifs et que les lois sont faites pour être respectées, ce qui ne les empêche pas de trouver que  « leur pub était quand même géniale !« . Du côté des communicants version responsable, on approuve le message qui pour une fois n’est pas digne du pays des bisounours ou alors, on pense que le sujet a été mal traité et « ne respecte pas le code déontologique de la publicité« . Du côté des professionnels de la cosmétique naturelle/bio, on conteste « la mauvaise foi de la FEBEA » donnant raison aux mastodontes de l’industrie cosmétique (comprendre le secteur du conventionnel, encore très supérieur aux 3% du marché bio) qui font finalement la loi et on rétorque que les chiffres sont loin d’être erronés car « 0,8% de parabenes, c’est sans compter les % dans chaque matiere première et sans compter sur le cumul des couches de produits mis chaque jour sur la peau….10 à 20 selon les jours et les personnes… ».

En effet, personnellement, je trouve que Biocoop y est allé un peu fort et a manqué de subtilité, la photo à elle seule était suffisamment éloquente pour faire passer le message. C’est d’ailleurs surprenant de voir une telle enseigne revêtir sa casquette militante, digne d’une association, d’un média classique ou d’une blogueuse comme le déclarait une personne « de la part d’une asso ou d’une blogueuse, c’est clair que ca passe vraiment mieux ! ». En tout cas, une chose est claire, c’était assumé et osé ! Maintenant, je ne suis pas partisane du dénigrement et je ne pense pas qu’un discours moralisateur de type « ne faites pas ceci, faites plutôt cela » ou encore « regardez, nous on est meilleur que le voisin » fasse changer les mentalités car c’est bien de cela dont il s’agit : comment faire passer un message subtil pour inciter à faire autrement. Ce qui est d’ailleurs étonnant, c’est que les consommateurs de Biocoop sont des gens déjà (normalement) sensibilisés à ce sujet : on peut se demander si les adeptes de la cosmétique conventionnelle prêtent attention à ce type de messages ? Au final, j’ai aimé le fond mais moins la forme : c’est bien que des chaines de distribution (et les industriels en général) nous informent sur les bienfaits du bio ou les méfaits du non bio/écologiques mais après, comme dans la vraie vie, on ne dénigre pas son prochain. Je pense surtout que c’est au consommateur de prendre SES propres responsabilités, il a toutes les informations à disposition (maintenant faut-il seulement avoir envie de les chercher ou même envie de bousculer sa façon de consommer). D’ailleurs certaines personnes ont trouvé que le message était « culpabilisant pour le consommateur » qui n’achète pas bio : dans ces cas-là, objectif réussi pour Biocoop qui pousse ainsi à s’interroger sur sa propre façon de consommer…Chacun(e) choisi en son âme et conscience !

Je ne peux cependant pas m’empêcher de dire, bravo Biocoop pour cette campagne osée qui met le doigt là où ça fait mal, et cette super photo qui m’a faite bien rire ! Avec ou sans cette publicité, vous restez mon petit magasin de quartier préféré où j’ai plaisir à faire mes courses 😉

 

biocop-177660

 

Et la contestation des producteurs de fraises, c’est pour bientôt ?

Mais ce que je voudrais ajouter suite à cette histoire qui a tourné au vinaigre, c’est que j’aimerais surtout que l’ARPP soient plus sévères avec une autre forme de publicités toutes aussi dénigrantes  mais là pour le consommateur, et mensongères, qu’on laisse passer sans rien dire depuis des lustres : ces fameuses publicité qui vantent « monts et merveilles » : THE perfection, THE jeunesse éternelle, THE minceur absolue. Oui ces publicités-là qui finalement dénigrent les femmes que nous sommes en laissant sous-entendre que nous ne sommes pas assez ceci, ou pas assez cela, et que le produit va nous apporter une véritable métamorphose ! Ah là, on ne dit rien…Je suis quand même contente de voir que dans certains pays, la loi se durcit à ce sujet.

Je remercie toutes les personnes qui ont donné leur avis sur la publicité et ont permis ainsi d’apporter un éclairage aux publicitaires et industriels verts…

Sur ce, soyez bien vigilantes, j’aurais bien envie de vous dire « n’achetez pas de cosmétiques non bio ou non écologiques » mais je me contenterais de vous dire, utilisez des produits qui vous font du bien, qui apportent de « bonnes choses » à votre peau, faites-vous du bien, sans vous faire mal, ni à l’environnement ! Et n’oubliez pas que la cosmétique, c’est comme l’alimentaire, ça pénètre dans votre petit corps fragile...

2 réponses à "Biocoop épinglé pour sa publicité de cosmétique bio osée…"

  1. Céline (Com&Greenwashing)
    Céline (Com&Greenwashing) 3 années plus tôt. .Répondre

    Et oui, l’ARPP et le JDP ont encore beaucoup de progrès à faire… ce sont toujours les petits qui prennent, pendant que les gros nous assènent de conneries. Mais comment cela peut-il changer alors que l’organisme lui-même est composé de membres punissables…

  2. aurelie
    aurelie 3 années plus tôt. .Répondre

    pourtant ils ont raisons, je ne prend que des crèmes bio depuis plusieurs années, biossane cosmétique à aussi communiqué comme eux en disant « n’achetez que si la liste des ingrédients est clairement mise en vue voir çi dessous mais je ne crois pas qu’ils ont été attaqué
    http://www.biossane.com/

Laisser un commentaire